Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vogue Sifflevent !

Super tanqueur

26 Juillet 2013, 16:52pm

Publié par Djino

"Quand les mouettes ont pied, il est temps de virer."
Sagesse
Bretonne.

C'est quand la marée est favorable qu'il faut sortir. Il faut une bonne météo, pour limiter les risques de coup de vent, orages et autres... Un bon coefficient, aussi, car parfois, même à marée haute... Ben y'a pas d'eau... C'est comme ça.

La semaine dernière, j'avais donc prévu de sortir chaque soir en rentrant du travail, faire un tour, avec Junior, tranquille, pour se détendre et croiser les amis sur l'eau. J'avais calculé avec les horaires, les coefs, j'avais prévu les pique-nique et tout...

Le premier truc ou j'ai raté, c'est que la voiture qui a l'attelage, c'est Djina qui l'avait, et qu'elle était à 400 bornes pour les deux tiers de la semaine. J'avais bien pensé, durant le week-end, qu'il faudrait que je revienne avec, mais ça m'est sorti de la tête...

Donc, pas de voiture pour mettre à l'eau le lundi. Heureusement, j'ai des amis... J'ai emprunté la twingo de Steph, et en échange, je les ai invités, lui et Sosso, à venir en bateau avec moi. Normal.

Histoire d'un aller et retour !

Le temps de tout régler, d'arriver à la maison, d'atteler et de filer à la cale, le temps de mâter(1) et de se faire doubler par un mec pas cool pour la mise à l'eau, nous nous vîmes un poil en retard sur l'horaire pour quitter le port.

Qu'à cela ne tienne, on l'a dit, on le fait : On va aux cabanes et on pique nique ! De toutes façons, aujourd'hui il y a beaucoup d'eau. C'est bien simple, la plage a carrément disparu.

Heureusement, le vent est au rendez-vous. On file à belle allure vers les cabanes tchanquées. On surveille les piquets, les bouées, et les marques, histoire de pas s'empaler connement sur une ferraille et on fait quelques photos.

(1)par "mâter" j'entends "dresser le mât" du bateau, pas reluquer les vacancières en maillot !
Les Cabanes Tchanquées de l'île aux oiseaux.

Les Cabanes Tchanquées de l'île aux oiseaux.

Il n'y a pas grand monde ce soir là aux cabanes. Le pique-nique sera quand même vite expédié, car le niveau de l'eau est faible, et la route est longue...

Un long bord au portant nous ramène rapidement jusque devant le village.

Et là... On se rend compte que de l'eau, il n'y en a plus beaucoup... Plus assez en tout cas pour couper tout droit au dessus des vasières. il faut contourner pour trouver l'entrée du chenal. Le virement pour entrer dans le chenal nous met alors sur un bord de près, et le courant est tellement fort qu'on avance plus. Il faut donc affaler les voiles et continuer au moteur.

Le moteur relevé au maximum brasse de la vase à plusieurs reprise en luttant contre le courant, malgré une conduite au plus loin du milieu pour ne pas rester immobile. C'est un compromis difficile : au milieu, un courant plus fort, et sur les cotés un niveau d'eau plus bas...

Je parviens malgré tout à nous approcher jusque vers l'entrée du port, mais je vois bien qu'à la cale, il n'y a déjà plus d'eau du tout.
Et là, le moteur ne brasse plus que de la vase, si je ne veux pas le détruire, je dois couper... Il va falloir jeter l'encre en bordure du chenal et attendre la prochaine marée... Prévue vers 6h00 demain matin.

A moins de cent mètres de la plage... Heureusement.

Mais un tout petit peu trop loin !

Junior et moi descendons pour tirer le bateau sur le talus de vase qui borde maintenant le chenal. La vase nous arrive au genou, et malgré nos efforts, Sifflevent reste "tanqué" le nez en l'air. On jette l'ancre et on rassemble les affaires.

Steph et Sosso sont rassurés, ils vont pouvoir rentrer ! Que d'émotions ! On rigole un peu plus maintenant, mais pendant un temps on a bien cru qu'on allait passer la nuit sur les vasières, à chanter à tue-tête les chansons de Jean-Claude Dusse coincé dans les remontées mécaniques...

Après une progression difficile dans la vase pendant une trentaine de mètres, on se rince les jambes dans une flaque et on arrive sur la plage.

le détail du chemin...

le détail du chemin...

Une nuit à la belle étoile... de mer !

Il faut se rendre à l'évidence, le bord du chenal, c'est pas la meilleure place pour s'échouer à la marée du soir. Pas la pire non plus, bien sûr, parce qu'au milieu du bassin, c'est quand même plus ennuyeux... Quoique certainement exotique...

Mon problème pour l'heure : faut-il rester dans le bateau pour s'assurer qu'il ne génère pas de problème lorsque l'eau remontera, comme heurter un autre bateau ou bien un piquet qui borde le chenal ? Ou bien faut il aller tranquillement dormir à la maison et revenir sur le coup de 4 heures du matin, lorsque l'eau commence à remonter. En espérant que le bateau soit toujours là... et complet !

Je décide donc de revenir passer la nuit à bord, afin d'être sur place pour gérer les problèmes le cas échéant. Stéphane et Sosso nous déposent à la maison, et après les recommandations d'usage à Junior qui préfère rester seul à la maison que retraverser la vase, ils me ramènent à la plage, muni de ma torche, de mon sac de couchage et de ma bonbonne d'eau.

Je retourne au bateau par le chemin inverse, en repassant aux endroit ou la vase reste au niveau du genou.

La pleine lune est maintenant levée et le paysage est magnifique. A l'horizon, les lumières de Gujan, de La Teste, et d'Arcachon scintillent. Un peu plus loin à droite, celles du Cap Ferret et des villages de la presqu'île surmontées du clignotement rouge du phare. Tout l'horizon est une petite guirlande de scintillements blancs, jaunes, rouges. La pleine lune et le ciel clair se reflètent sur les vasières humides ou trônent comme dans un lac asséché, les navires de plaisance posés près de leurs bouées de corps-mort. Un semblant de silence s'installe. J'entends juste le bruit de succion lorsque je tire mon mollet et mon pied vers le haut pour le prochain pas.

Arrivé au bateau, je me hisse sur le banc tribord, et j'entreprends de me rincer les pieds : j'ai deux belles bottes bien épaisses en vase noire fraiche et puante. L'exercice est un genre de cascade : en équilibre sur le bord du banc, je verse d'une main l'eau de la bonbonne sur mes guiboles, tout en frottant de l'autre la boue gluante. J'y ai passé la quasi totalité des huit litres que j'ai apportés, mais j'ai maintenant les pieds propres. Le temps qu'ils sèchent, je vais finir le pique nique, car les aventures, les enfants vous le diront, ça creuse l'estomac.

Il reste du roti froid, miam ! Un peu de pain, et de tomates cerises et... Oh ! Une bière ! (il faut économiser l'eau... on ne sait jamais... la mer pourrait bien ne jamais remonter...). Assis au fond du bateau, je mange, et mes pieds sèchent.

La plage à marée basse à cette heure un soir d'été, sous la pleine lune, est un spectacle étonnant. l'impression de silence que j'ai ressentie tout à l'heure laisse place à la perception d'une quantité de bruits. D'Andernos, le vent porte le son de l'orchestre qui joue des chants gascons sur la scène de la place de la jetée, près du grand pin parasol. Les lundi de l'été c'est soirée "Lous Pignots" ... (un aperçu en video).

Lous pignots - démonstration de danse traditionnelle gascone Place de la jetée à Andernos.

Lous pignots - démonstration de danse traditionnelle gascone Place de la jetée à Andernos.

J'avais peur d'être à l'étroit dans le roof et comme la nuit est chaude je me glisse dans mon sac de couchage en mode sarcophage à ciel ouvert dans le fond du cockpit, et remonte le gros zip de plastique ; j'y tiens entièrement allongé un peu penché, la tête légèrement vers le haut et les pieds en bas.

Je fredonne une vieille chanson des Avions:

"La nuit est chaude (bis), Elle est sauva-age,
la nuit est belle... Pour ces otages !
"
...et je pouffe tout seul comme un benêt...

Je contemple le ciel, droit devant en écoutant les bruits alentour. Il y a des enfants qui jouent, jusque tard après minuit, qui se fabriquent des beaux souvenirs de liberté et de batailles d'algues et de bouillasse, de cache-cache et d'histoires de monstres. Ils auront le regard vague, et un petit sourire absent en y repensant plus tard.

Il y a des ados en vélo qui passent près du port, et un concert de grillons dans le jardin de la maison au coin de la plage. Le restaurant ferme, le dernier qui sort éteint les lumières en partant.

Il reste les réverbères du port.

J'aurais du prendre un coussin, ce gilet de sauvetage fait un minable oreiller. Je me demande ce qui produit ce bruit. Près de ma tête, sous la coque un petit bruit de bulles qui fait pip, pip, pip, en ralentissant, durant quelques secondes, s'arrête un instant, puis reprend avec le même rythme et une certaine régularité. Je l'écoute attentivement pendant plusieurs minutes pour essayer de deviner ce que cela peut être... mais mystère !

Je suis bien, là, et je sombre. La dureté du plancher et l'inconfort de la situation me réveillent plusieurs fois, mais je parviens à dormir. Un peu. Il me semble même que j'ai rêvé.

Debout les crabes !... La mer monte !

C'est le retour à la flottaison qui m'a réveillé pour de bon ! J'ai entendu l'eau avant de lever la tête. En ouvrant les yeux, j'ai vu le piquet qui se rapprochait... Le bateau bougeait.

Un coup d'œil à l'heure : 4h00. Un autre par dessus bord : l'eau arrive, mais pas encore de quoi naviguer. Je vais attendre une quarantaine de minutes, ça devrait suffire.

Je me rallonge et j'écoute. Des quantités de poissons frétillent. Ils font clapoter l'eau. Des voix approchent. Un homme... et une femme. La discussion a l'air animée. Il parle de sa compagne on dirait... il se plaint... La fille lui répond que lui aussi, il exagère... Qu'il pourrait faire des efforts... Je vous passe le reste, mais c'est du même genre.

Qu'est-ce qu'ils viennent me saouler à 4h00 du matin avec leurs histoires... je suis échoué moi, merde ! Foutez moi la paix ! On peut plus se tanquer dans la vase tranquille !... pffff !

Près du bord... Juste un petit peu trop près !

Un nouveau bruit m'interpelle. Un wiiiiiiiizzzzzzzzzzzz ! Suivi d'un plouf ! Tout près, là à quelques centimètres... Dans le noir... Je relève la tête pour regarder par dessus bord. Rien. Je me rallonge en ronchonnant. Wiiiiiiizzzzzzzzzzz ! Plouf ! Le pêcheur vient de relancer son plomb... A croire qu'il vise mon bateau... je le vois, maintenant, à la pointe du parapet... qui mouline en silence pour ramener son fil. Au wiiiiiiiiiiiiiizzzzz suivant, j'ai baissé la tête. Je vais pas survivre à un naufrage pour me faire pêcher à marée montante comme un vulgaire mulet, à deux doigts de la délivrance... Namého ! Je me lève, et j'empoigne ma torche, que j'allume pour me signaler ! En tapant un peu des pieds, je pourrais même faire fuir le poisson. Faut pas faire chier Djino Lambert qui dort dans son bateau !

De toutes façons, la nuit est morte, je pourrai plus fermer l'œil. L'eau a bien monté et le temps de ranger mon lit (?) et de me préparer à partir, Il y a assez d'eau dans le chenal pour rentrer.

Je lève l'ancre et lance le moteur, puis de deux coups de pagaie je pousse dans la vase pour m'extirper, je rejoins le chenal. Et de là, le port. En trois minutes. Je m'amarre au ponton, attrape mes tongs et rentre à la maison à pied chercher la remorque.

Et reveiller Junior, pour qu'il m'aide à sortir Sifflevent de l'eau.

A 6h00 j'étais au lit, et à 7h30 debout pour tout rincer avant de partir bosser...

Le soir en rentrant du boulot, malgré la marée et le vent qui donnait envie d'aller sur l'eau... je me suis dit que, finalement, ça pouvait attendre un peu.

Enfin de retour sur l'eau !

27 Juin 2013, 10:50am

Publié par Djino

Comme j'ai enfin terminé les préparatifs et fixé le dernier hublot, et aussi parce que la marée était à 21h00, hier soir On a mis Sifflevent à l'eau pour aller tirer quelques Bords au bout du chenal.

J'ai motivé Mimi et Junior pour venir avec moi. Et visiblement, je n'étais pas le seul à être heureux...

Djina, Mouchette et une de ses copines qui rentraient de La Teste comme on rentrait au port ont aussi voulu faire un tour. Histoire de profiter du coucher du soleil sur l'eau...

Junior et Mimi sont dans un bateau !

Junior et Mimi sont dans un bateau !

Les chiffres, on leur fait dire ce qu'on veut ! #MemorialGranchamp

24 Juin 2013, 15:23pm

Publié par Djino

Par exemple si je dis : 5x((1x590)+4/22.06)=9 eh ben j'ai bon !

(1x590) Démonstration

Mon copain Christophe s'est acheté un joli petit voilier. Un Lanaverre 590.

C'est un modèle fréquent sur le bassin, et la côte bretonne, un "day-boat", conçu pour un programme large qui va de la ballade journalière, au camping côtier, en passant par la régate. Sa carène et sa voilure en font un coureur plutôt sportif, mais agréable à la manœuvre.

L'association des propriétaires, très active, a son siège à Arès (33) et organise régulièrement des événements et des régates.

voir ici http://association590.pagesperso-orange.fr/index.html

(1x590) CQFD !

Les Lanaverre 590 au Memorial Granchamp

Les Lanaverre 590 au Memorial Granchamp

22.06 (démonstration, suite).

J'ai souri en voyant le surnom s'afficher sur l’écran de mon téléphone vendredi midi. C'était Totophe.

_ T'as un médecin du travail à ton boulot ? Tu peux voir s'il peut te faire un certif médical pour une compétition de voile, il me faut un équipier pour demain à la régate des 590 d'Arès ? Tu me tiens au courant ?...

J'ai pensé "Chic chic chic !" et j'ai filé...

J'ai un peu bataillé pour trouver quelqu'un au bureau médical, mais la permanence du vendredi devait se tenir sur un autre site. Bah ! Je verrais bien le soir en rentrant, au cabinet médical du quartier.

Après un examen détaillé, malgré une arrivée tardive et échevelée au cabinet, à 20h15, c’était fait ! Bon, le médecin en a profité pour me coller toute une série d’examens sanguins, rapport à mon âge, qu’il a dit, et au fait que ça faisait bien deux ans qu’il m’avait pas vu… Mais j’avais mon papier et la saison de voile allait pouvoir commencer. Enfin ! ! Parce que mettre les pieds sur l’eau un 22 juin pour la première fois… c’est tardif, je trouve !

Bref, le lendemain, samedi, à 14h00, Matt de Taussat et Totophe sont passés me prendre et on a filé à Arès. En arrivant au Club Nautique, l’excitation était à son comble. Les habitués de ces régates étaient déjà à pied d’œuvre et gréaient leurs bateaux. La marée montait tranquillement. Le vent aussi...

Matthieu à conduit le bateau jusque sur le sable, et le temps que Totophe, le Skipper, valide les inscriptions et le contrôle des licences, on a commencé la mise en place du mât. Puis on a gréé, et comme la marée était sous nous, et apportait une pluie fine, on est parti vers la zone de régate.

Toutes les photos des 5 courses (Samedi et Dimanche) sont là !

Au Trapèze Totophe, à la barre Matthieu, et mézigue ou Sabine au rappel à la commande du génois. (Photo DLS'Image)Au Trapèze Totophe, à la barre Matthieu, et mézigue ou Sabine au rappel à la commande du génois. (Photo DLS'Image)
Au Trapèze Totophe, à la barre Matthieu, et mézigue ou Sabine au rappel à la commande du génois. (Photo DLS'Image)

Au Trapèze Totophe, à la barre Matthieu, et mézigue ou Sabine au rappel à la commande du génois. (Photo DLS'Image)

5x() et +4/ (démonstration suite)

On partait pour trois manches et il était environ 16h00 heures le 22 06 2013. Deux autres manches étaient prévues le lendemain, mais comme je n'étais pas disponible, Sabine, une amie de Totophe m'a remplacé.

Nous étions donc 4 en tout dans l'équipage. Pour une épreuve en 5 manches.

Je ne peux parler que des 3 premières. C'était vraiment excitant. De belles conditions de vent, entre F3 et F4, à mon avis. Un parcours banane : un bord au près, un au portant, un vent arrière. Nous n'avons jamais envoyé le spi, lors de l'inventaire, nous n'avions trouvé qu'une commande sur les deux requises. On avait remis au lendemain, en demandant à un autre équipage ou au club le prêt d'une écoute. De toutes façons, sans expérience sur ce bateau, et avec ce vent, c'était pas très prudent.

Nous avons mis en œuvre tout ce que nous connaissions, et testé beaucoup de choses. Et malgré notre manque de préparation, nous avons plutôt bien réussi.

A la première manche, on a viré la dernière bouée et foncé vers le bateau comité. On était content, il y avait quelques bateaux derrière nous, alors fiers, on est passés en souriant benoitement. Quand tout à coup quelqu'un s'est écrié :

_ "Ben alors les gars !! Vous passez pas la ligne ????"

La honte sur nous, et très embarrassés, on a manœuvré pour passer la ligne d'arrivée, que nous n'avions pas repéré... Mais plusieurs concurrents en avaient profité pour refaire leur retard et nous reprendre quelques places. Les bougres !

Le pire, c'est qu'on a fait la même pour la deuxième manche ! On avait confondu la bouée avec une bouée de casier de pêche !! Les boulets !

Mais bon, pour la dernière on s'est appliqués et on a franchi tout bien comme il faut !

=9 ...

Le classement intermédiaire du Samedi soir nous donnait 10e sur les dix-huit équipages engagés. Ce qui nous parut être une honorable place...

Le dimanche n'a pas démenti, puisque l'équipe qui naviguait ce jour là nous a fait remonter d'une place encore ! Nous finissons donc 9e, et remportons une jolie chemise blanche brodée en souvenir de cet événement, et une jolie affiche de l'évenement.

résultats complets des courses : site de la FFV

Car en fait il ne s'agissait pas d'une simple régate du dimanche, mais de la fameuse course annuelle disputée en mémoire de Mr Granchamp, et qu'en plus, cette année fête le cinquantenaire du modèle 590 de Lanaverre... Un fameux événement donc !

L'article de Sud Ouest du 26/06/2013 ou l'on apprend que certains de nos adversaires ont un sacré palmarès à leur actif.

On a donc bien 5x((1x590)+4/22.06)=9 !

Bon, je n'ai jamais vraiment su bien compter... Non plus. Mais, il parait que les chiffres, on peut leur faire dire ce qu'on veut !

Nouvelle peau

18 Juin 2013, 16:45pm

Publié par Djino

Voilà !

Après des heures de ponçage, mastiquage, re-ponçage, re-mastiquage, lavage, masquage, peinture... Et surtout à attendre des conditions idéales de température et d'hygrométrie pour réaliser toutes ces opérations...

Le résultat est là...

Tout rouge et tout blanc !

Tout rouge et tout blanc !

C'est la nouvelle peau du Sifflevent. C'est rouge et c'est blanc.

Alors j'ai aussi repeint le blog !!

Qu'en pensez vous ?

Les Bancs du Cockpit

28 Mai 2013, 16:02pm

Publié par Djino

Je me lance.

Préparation du terrain : Masquage à l'adhésif, dégraissage à l'acétone, préparation et application du mastic. L'application est assez pénible, car la surface est grande, le délai de vie en pot assez court après l'adjonction du durcisseur et la surface tres complexe avec ce relief.

Mais grâce à l'aide efficace de Djina, c'est réussi. Le temps du séchage et du durcissement complet, et je vais attaquer le ponçage.

Masquage avant le mastic. Mastic au sechage.Masquage avant le mastic. Mastic au sechage.

Masquage avant le mastic. Mastic au sechage.

Chantier naval dans le jardin

27 Mai 2013, 15:36pm

Publié par Djino

Ca y est, les gros travaux ont commencé. Enfin...

Gros travaux, je veux dire les réparations, parfois et les travaux destinés à la sauvegarde du navire. Le polyester commence à viellir par endroit et necéssite ici une rénovation, ici un renforcement, ou parfois juste un peu de protection.

Au minimum, un rafraichissement.

Eclats dans le Gelcoat, le plat bord sous le liston avait pris des coups.,Eclats dans le Gelcoat, le plat bord sous le liston avait pris des coups.,Eclats dans le Gelcoat, le plat bord sous le liston avait pris des coups.,

Eclats dans le Gelcoat, le plat bord sous le liston avait pris des coups.,

Les nombreux petits éclats dans le gel coat des bancs du cockpits me préoccupaient beaucoup. du fait de la texture antidérapante en relief, je ne savais pas trop comment m'y prendre.

J'ai décidé de recouvrir entièrement les zones avec du mastic polyester. Ensuite, je le ponce pour obtenir une belle surface unie. J'appliquerai dessus une couche de gelcoat au rouleau, et avant qu'il durcisse je le saupoudrerai de sable fin. Une seconde couche fine de gelcoat pour fixer et adoucir le contact (sans ça, on est assis sur du papier de verre et on se ponce le popotin !)

T'es verni !

15 Mai 2013, 21:04pm

Publié par Djino

Le temps d'aller bronzer dans le vent à Palafrugell et faire les boutiques à Barcelone, le temps de quelques pique-niques et de quelques matchs de ping-pong, le temps de quelques apéros tapas, j'avais décidé de laisser sécher la deuxième couche de vernis du gouvernail au sous-sol.

Et en rentrant de vacances... Tadaaa !...

Gouvernail décapé puis reverni, et laiton ravivé !Gouvernail décapé puis reverni, et laiton ravivé !

Gouvernail décapé puis reverni, et laiton ravivé !

Bon ! C'est pas un résultat d'ébéniste de métier, c'est sur. Mais ç'est quand même beau et ça protège bien mieux qu'avant.

Biffer dans la liste...

3 Mai 2013, 14:20pm

Publié par Djino

Biffer dans la liste...

Bon, c'est les vacances... Un coup d'oeil à la liste des trucs à faire. Gloups !

J'ai sorti les manches à air, bouché les trous à la résine et découvert, du coup, que la résine n'adhère pas sur le formica. Pratique pour les coffrages et moulages...

J'ai déplacé le balcon comme prévu. Les trous laissés par l'ancienne position ont été bouchés à la résine.

J'ai également testé le gel-coat. De nombreux petits éclats se sont révélés. Il faut agir. alors je ponce... et je ponce... encore...

Je viens de terminer la deuxième couche de vernis sur le gouvernail. Dès que la température voudra bien remonter un peu, j'attaque le grand chantier de gelcoat.

Puis, la peinture !

Entre temps, j'ai du nettoyer le toit de la maison... la mousse commençait à se croire un peu chez elle !

Le premier mai était un peu pourri, du coup cette année, pas de pique nique sur l'eau... Dommage !

Saison 2 : Préparatifs.

17 Avril 2013, 09:55am

Publié par Djino

"Si le cerisier du jardin te dis que c'est le printemps, alors tu dois le croire".

Hou ! Il commence à faire beau, et chaud. Alors ça chatouille un peu de retourner sur l'eau. Je vais donc attaquer sans tarder les travaux que j'ai prévu pour cette saison.

Je vais sortir le balcon et le repositionner en le fixant sur le plat-bord et non sur le pont comme il l'est maintenant. Ca va dégager le pont et donner du champ pour le foc.

Je vire aussi les deux manches à air : ça lui donnait un côté sympathique, mais quelle galère quand les commandes de foc s'emmêlent dedans. Et puis je ne ferme jamais le roof, donc elles ne servent à rien en fait ! Tant qu'à faire j'enlève aussi la protection plastique souple qui ceinture le plat-bord : le plastique est cuit, et certains ancrage rendus incertains par cette sur-épaisseur.

Réparation de quelques vieux éclats et je vais tâcher de faire disparaitre les traces d'émaillage. Quelques renfort d'étanchéité à des endroits ou j'ai des doutes.

Si je ne trouve pas de solution pour rattraper au mieux la peinture (le gel coat) d'origine, je referai une couche au pont-cockpit-roof.

Balcon, manche à air, protection du plat bord... gel coat émaillé, gouvernail.Balcon, manche à air, protection du plat bord... gel coat émaillé, gouvernail.Balcon, manche à air, protection du plat bord... gel coat émaillé, gouvernail.

Balcon, manche à air, protection du plat bord... gel coat émaillé, gouvernail.

Je continue aussi la réfection du gouvernail. Décapage du vernis pour remise à neuf, et reprise du laiton.

Quelques pièces à changer sur le tableau arrière.

Bref, de quoi occuper quelques heures de ponçage, lustrage, peinture et résinage...

Je vous raconterai.

En attendant le printemps...

1 Décembre 2012, 14:35pm

Publié par Djino

Les journées d'hiver donnent quand même de beaux et bons moments.

Lors de la Fête des Cabanes à Andernos, en décembre, le coucher de soleil sur la course à l'aviron des pinassottes.

On distingue aussi le bac à voile, et dans le lointain, Arcachon sur la gauche, et la presqu'île du Cap Ferret sur la droite.

La photo de nuit représente la jetée d'Andernos, de nuit à marée haute le même jour.

Fête des Cabanes - Andernos les Bains - 01 12 2012Fête des Cabanes - Andernos les Bains - 01 12 2012

Fête des Cabanes - Andernos les Bains - 01 12 2012